Touchstones Nelson: Museum of Art and History Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada

Restauration et loisirs à bord des bateaux

Restauration

Les convives pouvaient en théorie commander tout ce qui figurait sur les généreux menus, mais ils restaient la plupart du temps plus circonspects. Il leur était cependant difficile de choisir parmi le nombre prodigieux de plats succulents qui leur étaient proposés. Nul ne sait où les chefs cuisiniers chinois qui s'affairaient dans les cuisines avaient étudié l'art culinaire mais il est certain qu'ils plaçaient la barre très haute, pas seulement lors des principaux voyages tels que la navette Nelson et Kootenay Landing, mais aussi sur les services auxiliaires. Le prospecteur qui s'éreintait le long de la rivière Hooker pouvait descendre à l'aube à Crawford Bay, monter à bord du vapeur Moyie, et s'attabler devant un copieux petit déjeuner à l'anglaise. Pendant ce temps, cette femme de pionnier anglaise, qui affronte avec courage sa nouvelle vie rustique au milieu des vergers de Longbeach, peut conclure une rare journée de magasinage à Nelson en empruntant la navette du soir du vapeur Kuskanook à destination de Kaslo, rejoindre l'intimité du salon réservé aux dames et savourer le rare luxe de se voir servir un authentique thé anglais bien installée dans son fauteuil.

Divertissement

Après l'interdiction de vendre des boissons alcoolisées sur les vapeurs à une roue en 1911, la restauration et la contemplation du paysage sont pratiquement les seuls divertissements qui restent aux passagers des bateaux. Il en est tout autrement durant les tonitruantes années 1895-1898, alors que les mines de Rossland et de Slocan produisent au maximum. Dans son article de janvier 1945 pour Cominco intitulé « Tous les chemins mènent à Trail », John R. Widmer, qui a travaillé brièvement en 1896 comme matelot de pont à bord du vapeur à une roue Nakusp sur les lacs Arrow, décrit comme suit le voyage de nuit entre Robson et Arrowhead :

« ... les anecdotes qui vantent les plaisirs des excursions en bateau à vapeur ne manquent pas mais il est impossible d'imaginer correctement l'atmosphère fascinante qui régnait à bord si on n'a jamais participé à l'un de ces voyages durant les années 1890. Un orchestre de sept ou huit musiciens faisait partie intégrante du vapeur Nakusp. Les bals, les concerts, les parties de cartes, les fusillades, les bagarres et les intrigues qui avaient lieu au cours de ces longs voyages le long des lacs Arrow pourraient faire l'objet du livre le plus folklorique, le plus captivant et le plus incroyable jamais écrit... »

À cette époque, le Nakusp et le Kootenay, deux vapeurs à une roue des plus confortables, assurent les navettes quotidiennes vers le sud et le nord sur les lacs Arrow et passent une nuit à Arrowhead à tour de rôle. Les soirs de fête, comme celui du Nouvel An, le capitaine organisait à l'escale un dîner dansant auquel venaient participer les respectables femmes mariées d'Arrowhead. Une fois les tables de la salle à manger mises à l'écart, l'orchestre installé dans la galerie autour de la salle entamait son répertoire et le bal était lancé. Lors des voyages réguliers vers le nord, il va sans dire que les femmes mariées soucieuses de leur réputation préféraient rester dans leur cabine soigneusement fermée à clef.

Les vapeurs du lac Kootenay ont offert pendant des décennies ces soirées musicales et dansantes dans des atmosphères des plus bon enfant. C'était en fait l'attraction principale des excursions nocturnes sur le lac. L'historien des sociétés qui s'intéresse aux activités douteuses menées à bord des vapeurs à une roue qui sillonnaient le lac Kootenay doit remonter aux années 1890 et fouiller l'histoire du vapeur Alberta, de l'International Navigation and Trading Co., qui assurait la liaison entre Bonners Ferry et Kaslo. Durant la période de boom, Kaslo possédait un music-hall un peu louche, l'Opéra Comique, tandis que Porthill, au poste frontière, était réputé pour sa salle de bal et la débauche qui gravitait autour et qui attirait les travailleurs employés à la construction de la voie ferrée sur les Kootenay Flats.

Le quotidien Bonners Ferry Herald du 12 août 1899 relate ainsi un de ces épisodes :

« ... lorsque le vapeur Alberta s'est amarré au quai du port jeudi dernier, un groupe de femmes est immédiatement monté à bord pour demander au capitaine MacPhee Howatt de leur abandonner le bateau sur le champ sous prétexte qu'elles avaient planifié une petite fête le soir même. Débordé sur tous ses flancs, le capitaine ne put que se soumettre aux demandes de ces dames. Environ quarante personnes participèrent à la soirée qui fut un succès pour tout le monde. Les officiers du bateau firent de leur mieux pour que tout le monde s'amuse... »

Extrait des notes d'E. L. Affleck

LE SALON RÉSERVÉ AUX DAMES SUR LE SS MOYIE

Description du fichier média : Explorez le salon réservé aux dames sur le SS Moyie tel qu'il existe encore à Kaslo (C.-B.)

Le salon réservé aux dames sur le SS Moyie

Pour lire cette média, vous devez avoir installé le plugiciel Flash. Vous pouvez le télécharger ici.

LE SALON RÉSERVÉ AUX DAMES SUR LE SS MOYIE

Description du fichier média : Explorez le salon réservé aux dames sur le SS Moyie tel qu'il existe encore à Kaslo (C.-B.)

Télécharger le fichier audio

Galeries + Média

Autres galeries