Touchstones Nelson: Museum of Art and History Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada

Premiers soins aux passagers

William Alfred Triggs

Fort de mon expérience au sein du corps du service de santé militaire, je me sentais un secouriste compétent, mais l'obstétrique sortait un peu de mes compétences. J'ai eu pour la première fois l'occasion de pratiquer cet art ancien un soir de Noël, alors que le Kuskanook était en retard. À Riondel, j'ai vu les hommes rouler un brancard sur le pont principal avant de charger le restant des marchandises et les bagages habituels. Lorsque j'ai appris de la bouche de l'accompagnatrice qu'il s'agissait d'une résidente de Riondel dont le travail était déjà bien avancé, j'ai demandé à deux matelots de pont de l'emmener dans une cabine. Pendant qu'ils s'occupaient d'installer la femme, je me suis demandé ce que j'allais bien pouvoir faire. Je me suis soudain souvenu qu'un jeune interne, le Dr Cockle, qui rentrait chez lui pour les vacances de Noël, figurait sur la liste des passagers. Je l'ai rapidement trouvé et je lui ai fait apporter le linge et l'eau chaude habituels. Il tenait le nouveau-né en main avant même que nous touchions Kaslo.

J'ai une nouvelle fois failli jouer le rôle de sage-femme sur le SS Nasookin. Le bateau descendait le bras ouest en soirée lorsqu'on me demanda de rallier d'urgence Kitto's Landing, qui n'était pourtant pas une étape officielle du Crow Boat. Cette fois, le temps était avec moi. La femme et son mari, inquiet, ont pu être pris en charge par un taxi sur le quai de Nelson. Ils parvinrent à la très orthodoxe maternité du centre hospitalier de Kootenay Lake avant l'arrivée du bébé.

C'est lors d'un autre incident sur le Nasookin que mon expertise de secouriste fut confrontée à l'ultime test. En route pour Kootenay Landing, nous étions au ralenti sur le quai de Balfour, attendant que le Kuskanook sorte du chenal et s'amarre au quai de Procter voisin, lorsqu'un chauffeur de chaudière est entré en trombe dans mon bureau à la recherche de bandages pour le second mécanicien, qui venait semble-t-il de perdre une main. J'ai saisi des bandages et une attelle pour le bras dans le bureau du steward et j'ai dévalé les escaliers jusqu'à la salle des machines. J'y ai trouvé Teddy, le mécanicien, assis sur un banc, qui fixait son moignon, hagard. Alors que nous étions au ralenti, avait mis les mains dans les barres excentriques pour lubrifier un roulement, en oubliant l'effet que pouvait avoir le courant de la rivière sur le bateau. Malheureusement, le courant heurta un godet de la roue à aube et lui imprima suffisamment de mouvement pour que les barres excentriques sectionnent la main droite de au poignet, comme une paire de ciseaux géants. À mon arrivée, n'avait pas perdu beaucoup de sang et j'ai donc pu lui mettre un garrot, bander son bras et lui installer une attelle. Nous l'avons ensuite transféré sur le Kuskanook, qui fit route à toute vapeur et avec le courant vers Nelson. Le docteur qui prit soin de à son arrivée à Nelson me félicita pour mon intervention, mais je trouvai dommage d'être complimenté dans des circonstances aussi regrettables.

AUDIO : PREMIERS SOINS AUX PASSAGERS

Description du fichier audio : William Alfred Triggs raconte comment ses talents de secouriste ont été mis à l'épreuve.

Pour lire cette média, vous devez avoir installé le plugiciel Flash. Vous pouvez le télécharger ici.

AUDIO : PREMIERS SOINS AUX PASSAGERS

Description du fichier audio : William Alfred Triggs raconte comment ses talents de secouriste ont été mis à l'épreuve.

Télécharger le fichier audio

Galeries + Média

Autres galeries